mercredi, 17 août 2016 15:29
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Conférence « L’Édition et le numérique » - Pékin 2016

Du 4 au 7 juillet 2016, plus de 170 éditeurs chinois étaient réunis à Pékin pour participer durant 3 jours à une session de formation aux métiers de l'édition organisée conjointement par l'ASFORED (France) et la SAPPRFT (Chine), avec le soutien de l'Ambassade de France en Chine. Au programme : édition numérique, marketing digital et cessions de droits…
Stéphane Leroy, fondateur de Zebook, animait la journée dédiée au numérique.

La Chine, un marché incontournable

La Chine est aujourd'hui le pays qui traduit le plus d'ouvrages français. Dans l'autre sens, la qualité éditoriale des livres chinois, en constante progression ces dernières années, intéresse de plus en plus d'éditeurs français. D'où l'importance du programme de formation mis en place cette année à Pékin et qui se poursuivra l'année prochaine à Paris. Au-delà de la transmission de méthodologies éprouvées dans les domaines de la production numérique, de la communication digitale ou des cessions de droits, ce partenariat doit en effet permettre aux éditeurs français et chinois de dépasser leurs différences culturelles, juridiques ou organisationnelles pour améliorer la qualité de leurs échanges.

La croissance fulgurante du livre numérique

Le marché du livre numérique se développe très rapidement en Chine, sous l'effet d'une forte demande du public. Il n'en est cependant qu'à ses débuts, avec une offre pour l'instant limitée. Les éditeurs s'interrogent encore sur la pertinence des modèles économiques qui émergent, sur la protection des œuvres contre le piratage ou sur les évolutions nécessaires de l'organisation des structures éditoriales. La dématérialisation apporte une solution précieuse aux difficultés logistiques de distribution du livre sur un territoire aussi vaste. Mais elle pose aussi de nombreuses questions, en particulier dans un pays hyper centralisé, où l'État conserve le contrôle a priori des publications et où la contrefaçon reste un fléau.

À la recherche du bon modèle

Les lecteurs numériques chinois lisent majoritairement sur smartphone. Pour les livres « noirs », le format epub3 en « reflowable text » permet de produire des contenus en mandarin, parfaitement lisibles sur petits écrans. Les livres illustrés sont traités sous forme d'applications mobiles plutôt qu'en epub3 « fixed layout » qui s'adapte mal à des tailles d'écrans variées. Mais les participants, dont une grande partie représentaient des maisons scolaires, universitaires ou professionnelles, ont manifesté un vif intérêt pour les modes de diffusion offrant une alternative à l'échange de fichiers. En effet, quels que soient les moyens de protection mis en œuvre, la commercialisation de fichiers ouvre grand la porte du piratage, face auquel les solutions disponibles sont pour l'instant insuffisantes. Elle favorise par ailleurs la concentration de la distribution entre les mains de quelques multinationales. D'autres approches ont été présentées, notamment à travers des exemples de plateformes de diffusion de contenus en ligne, collaboratives ou non, avec abonnement ou paiement à l'acte. Le modèle français de PNB (Prêt numérique en bibliothèque) a par ailleurs suscité de nombreuses questions lors des échanges.

Un partenariat sur la durée

Le programme développé sur trois jours répondait à une forte attente des éditeurs chinois, soumis à une mutation ultra rapide de leur secteur. Les interventions de Stéphane Leroy sur l'édition numérique, de Bertrand Ploquin sur la communication digitale et de Solène Demigneux sur les cessions internationales de droits ont donné lieu à de riches débats. Ce partenariat se poursuivra à Paris en 2017. Il permettra notamment d'organiser des rencontres entre éditeurs français et chinois et d'approfondir la découverte de leurs univers respectifs.

Plus dans cette catégorie : « Comment contrôler un fichier epub ?